Cycle Reprise(s) d'été

22 JuinJun 2020 - 31 JuilletJul 2020

126007162_o
image-w1280
Guendalina7_©-1957-CARLO-PONTI-S.P.A.-–-CEI-INCOM-–-LES-FILMS-MARCEAU-–-TF1-DROITS-AUDIOVISUELS-2000x1463
181-200-Hier-a-auj-FEMA19-HD_Page_11_Image_0001
Un_homme_nomme_Cheval
lili
hit8
Fleurs-de-shanghai-1450x800-c

A (re)découvrirCycle / Thématique

REPRISE(S) D'ÉTÉ
Du 22 juin au 31 juillet

Comme les autres cinémas de la ville, l’Institut de l’image a rouvert sa salle le 22 juin.
Au programme de cette reprise : quelques séances de rattrapage pour certains films programmés au mois de mars lors de la fermeture, associés à la traditionnelle programmation des "classiques de l’été", qui se poursuivra jusqu’au 31 juillet, sans oublier le Ciné des jeunes.

Parmi ces classiques se croiseront cinéma italien (Les Adolescentes, Guendalina), western pro-indien (Un homme nommé cheval), film érotico-fantastique (Les Lèvres rouges), mais aussi des "monstres sacrés" comme Audrey Hepburn (Voyage à deux) et Terence Stamp (The Hit), et également à partir du 1er juillet une grande rétrospective FORBIDDEN HOLLYWOOD, 10 films inédits réalisés à Hollywood au début des années 1930 avant la censure instaurée par le Code Hays.

Retrouvez ici le programme complet (détails des séances et films)

LES FILMS :

 

NAZARIN de Luis Bunuel
Mexique, 1958, 1h35
Avec Francisco Rabal, Rita Macedo, Marga Lopez…

Parce que sa générosité et sa charité n’ont pas de limites, le père Nazarin vit dans une misère profonde. Désavoué par l’Église pour avoir protégé une prostituée soupçonnée de meurtre, Nazarin doit fuir, condamné à une longue errance…

« Nazarin est une fable cruelle, où les masques tombent, où les personnages montrent vite leurs pires travers, où les rapports de force, que Buñuel traque dans chaque séquence, se matérialisent dans des affrontements violents. » Edouard Waintrop, Libération

 

GUENDALINA de Alberto Lattuada
Italie/France, 1956, 1h40
Avec Jacqueline Sassard, Raf Vallone, Sylva Koscina…

À Viareggio, en Toscane, l’été touche à sa fin : Guendalina, jeune adolescente de quinze ans, flirte avec Oberdan, le fils du maître-nageur, sans grande conviction et surtout pour dissiper son ennui. Ses parents milliardaires s’apprêtent, quant à eux, à divorcer…

« Lattuada est surtout un portraitiste de femmes, observant tout à la fois avec délicatesse et une douce concupiscence l’éveil à la sensualité d’adolescentes que sa caméra caresse avec précision et tendresse (Guendalina, Les Adolescentes). Exaltant la beauté d’actrices dont certaines furent révélées par lui (Carla Del Poggio, Silvana Mangano, Jacqueline Sassard, Catherine Spaak, Teresa Ann Savoy, Nastassja Kinski), Lattuada est peut-être l’auteur d’une des œuvres les plus féministes de l’histoire du cinéma. » Jean-François Rauger (Cinémathèque Française)


LES ADOLESCENTES de Alberto Lattuada

I dolci inganni
- Italie, France, 1960, 1h30
Avec Catherine Spaak, Christian Marquand, Jean Sorel…

Une jeune fille de bonne famille, Francesca, dix-sept ans, se réveille un matin consciente de son attirance pour Enrico, un architecte qui a vingt ans de plus qu’elle. Une attirance qui va hanter cette journée d’été au cours de laquelle la jeune fille, de rencontres en rencontres, va décider de ne pas résister à l’appel de la vie adulte…

« Entrée dans la modernité cinématographique pour son auteur, Les Adolescentes s’inscrit dans un mouvement de rajeunissement qui touche le cinéma européen dans son ensemble. Son héroïne représente la fin des vieilles certitudes et l’entrée dans un monde nouveau détaché des prescriptions anciennes, plus libre sans doute, mais plus désenchanté aussi. » Jean-François Rauger (Cinémathèque française)

VOYAGE À DEUX de Stanley Donen
Two for the Road
 - USA, 1966, 1h53
Avec Audrey Hepburn, Albert Finney…

Joanna et Mark Wallace se sont rencontrés dans le Sud de la France douze ans auparavant. En couple, puis mariés, ils se disputent énormément, à tel point qu’ils pensent à divorcer. Comme tous les deux ans, ils partent en voyage sur la Côte d’Azur, le moment pour eux de se remémorer leurs précédents voyages, leurs bons et mauvais moments dans un kaléidoscope de leurs années de jeunesse…

« Voyage à deux est une leçon de vie doublée d’une leçon de cinéma, à moins que ce ne soit l’inverse. » Bernard Benoliel (Cinémathèque française)

UN HOMME NOMMÉ CHEVAL de Elliot Silverstein
A Man Called Horse
 - USA, 1970, 1h55
Avec Richard Harris, Judith Anderson, Jean Gascon…

Parti chasser dans le Nord-Ouest des États-Unis, John Morgan, un lord anglais, se fait capturer par des Indiens sioux. Il ne doit son salut qu’au chef de la tribu, Yellow Hand, qui décide de l’offrir comme esclave à sa mère. Lassé d’être considéré comme un vulgaire cheval, John tente de s’évader, en vain…

Sorti la même année que Little Big Man d’Arthur Penn, Un homme nommé cheval est une plongée dans la culture indienne et l’un des films-clé du nouveau western des années 70, resté célèbre pour l’impressionnante scène de la cérémonie des « vœux au soleil ».

LES LÈVRES ROUGES de Harry Kümel
Belgique, 1971, 1h36 - interdit – de 16 ans
Avec Delphine Seyrig, John Karlen, Danielle Ouimet…

Valérie et Stefan, immobilisés à Ostende, séjournent dans un vaste hôtel désert en cette morte-saison. Le couple fait alors la connaissance de l’inquiétante comtesse Bathory et de sa protégée Ilona, ténébreuses créatures de la nuit…

Du fantastique au féminin, une comtesse vampire interprétée par la divine Delphine Seyrig, de l’érotisme, de l’ésotérisme, du sang, des larmes et la plage d’Ostende désertée, des images et une partition musicale inoubliable composée par François de Roubaix.

THE HIT de Stephen Frears
Grande Bretagne, 1984, 1h38
Avec John Hurt, Terence Stamp, Tim Roth, Laura del Sol…

Le gangster Willie Parker coule des jours heureux depuis qu’il a dénoncé ses complices à la police. Il est brusquement arraché à ses occupations lorsqu’il apprend que son ex-associé a engagé un tueur…

« Avant de se faire connaître avec sa trilogie sociale et londonienne (My Beautiful Laundrette, Sammy et Rosie…, Prick up your Ears), Stephen Frears avait signé un polar mystérieux et abstrait (…), plus proche des errances d’Antonioni que de l’Angleterre de Thatcher. » Vincent Ostria, Les Inrocks

 

LES FLEURS DE SHANGAI de Hou Hsiao Hsien
Taiwan, 1998, 1h54
Avec Tony Leung Chiu-wai, Michelle Reis, Carina Lau…

Dans le Shanghai du siècle dernier, entre l’opium et le mah-jong, les hommes se disputaient les faveurs des courtisanes qu’on appelait les fleurs de Shanghai. Nous suivons les aventures amoureuses de Wang, un haut fonctionnaire qui travaille aux affaires étrangères, partage entre deux courtisanes, Rubis et Jasmin…

Filmé en une succession de plans-séquences, marque de fabrique de Hou Hsiao-hsien, Les Fleurs de Shanghai se découvre comme une suite de tableaux nocturnes à la beauté hypnotique. Tout ici concourt à la perfection formelle : des décors somptueux aux costumes raffinés portés par de magnifiques acteurs et actrices (dont Tony Leung Chiu-Wai, la star de Wong Kar-wai).

RÉTROSPECTIVE FORBIDDEN HOLLYWOOD : 10 FILMS

Cette rétrospective raconte l’histoire d’une parenthèse enchantée : cinq années dans l’histoire de Hollywood, entre 1929 et 1934, qui constituent plus qu’une période, un genre à part entière du cinéma américain. Juste après la révolution économico‑politique que la crise de 1929 provoque en Amérique, un groupe de cinéastes jouissant d’une liberté morale et esthétique, sans équivalent dans l’histoire du cinéma américain, mettent en scène une vision du monde subversive, novatrice, dont la valeur ultime est la liberté : liberté du langage cinématographique, et liberté — sexuelle, morale, politique — de l’humanité incarnée par des visages nouveaux d’acteurs. Ces cinéastes ont pour nom William A. Wellman, Clarence Brown, William Dieterle, Archie Mayo, Alfred E. Green, Tay Garnett ; et leurs égéries, fer de lance d’un féminisme unique dans l’histoire du cinéma, Jean Harlow, Barbara Stanwyck, Norma Shearer, Joan Blondell, Kay Francis, Joan Crawford, Bette Davis…

Hélène Frappat

Avec la carte de fidélité Institut de l’image : 4 € la place pour les films du cycle FORBIDDEN HOLLYWOOD.

ÂMES LIBRES de Clarence Brown

A Free Soul - USA, 1931, 1h34
Avec Norma Shearer, Leslie Howard, Lionel Barrymore, Clark Gable…

La fille d’un avocat tombe amoureuse d’un élégant gangster que son père a défendu avec succès…

Âmes libres explore l’énigme, le sens héroïque du sacrifice, mais aussi l’ambivalence et la noirceur de la relation amoureuse et filiale qui s’est nouée entre une orpheline de mère, magistralement interprétée par Norma Shearer, et son père shakespearien, célèbre avocat issu d’une grande famille patricienne, mais maladivement alcoolique.

L'ANGE BLANC de William A. Wellman
Night Nurse, USA, 1931, 1h12
Avec Barbara Stanwyck, Ben Lyon, Joan Blondell, Clark Gable…

Une infirmière tout juste diplômée découvre qu’un praticien laisse mourir les enfants de la famille où elle travaille pour toucher un héritage…

Un magnifique portrait de femme et un brûlot sur l’institution hospitalière, réalisé par le grand William Wellman (Wings, L’Ennemi public…).

BLONDE CRAZY de Roy Del Ruth
USA, 1931, 1h18
Avec James Cagney, Joan Blondell, Louis Calhern…

Bert et Ann travaillent dans le même hôtel, et deviennent vite un duo d’inséparables arnaqueurs…

Un film de hors-la-loi à "l’intrigue audacieuse et la mise en scène d’une belle liberté. Les années 30 furent une période faste pour Roy Del Ruth, cinéaste peu considéré mais qui, durant cette décennie, réalisa 35 films dont plusieurs méritent grandement d’être revus." (Hélène Frappat)

JEWEL ROBBERY de William Dieterle
USA, 1932, 1h08
Avec William Powell, Kay Francis, Helen Vinson…

Vienne. Une baronne adultère s’éprend d’un élégant voleur durant le braquage d’une bijouterie…

Une brillante comédie cynique mêlant haute société, cambriolage et séduction, avec William Powell et Kay Francis, éblouissants.

LA FEMME AUX CHEVEUX ROUGES de Jack Conway
Red-Headed Woman, USA, 1932, 1h19
Avec Jean Harlow, Chester Morris, Lewis Stone…

Une femme ambitieuse séduit son patron marié pour s’élever, par tous les moyens, dans la hiérarchie de la Compagnie Legendre…

Un des films les plus subversifs de l’ère pré-Code, "un manifeste cru, sexuel et brutal à la gloire du pouvoir féminin" (Hélène Frappat), avec la mythique Jean Harlow. Qualifié par une critique de l’époque de "film le plus dépravé jamais sorti d’Hollywood".

LA BELLE DE SAÏGON de Victor Fleming
Red Dust (USA, 1932) 1h23
Avec Clark Gable, Jean Harlow, Gene Raymond, Mary Astor…

En Indochine, le triangle amoureux entre le directeur d’une plantation, l’épouse de son ami et une aimable prostituée au charme magnétique…

Un grand drame érotique et exotique avec Clark Gable, Jean Harlow et Mary Astor, l’actrice du Faucon maltais.

EMPLOYEE'S ENTRANCE de Roy Del Ruth
USA, 1933, 1h15
Avec Warren William, Loretta Young, Wallace Ford…

New York. Un directeur de grand magasin tyrannique et abusif engage Madeline en échange d’une nuit avec elle…

Un film impertinent sur le capitalisme triomphant, entre dénonciation et humour.

THE MIND READER de Roy Del Ruth
USA, 1933, 1h10
Avec Warren William, Constance Cummings, Allen Jenkins…

Chandra, un escroc passant pour un guérisseur aux produits miraculeux, parcourt les foires du pays avec son complice…

Une comédie et romance mordante, portrait d’une Amérique plongée dans la Grande Dépression.

BABY FACE de Alfred E. Green
USA, 1933, 1h16
Avec Barbara Stanwyck, George Brent, Donald Cook…

Ignoblement prostituée par son père, Lily Powers (Barbara Stanwyck) part à New York. Elle gravit les échelons d’une banque, utilisant les hommes comme marchepied…

Un très grand film provocateur, qui choqua l’Amérique.

FEMALE de Michael Curtiz
USA, 1933, 1h
Avec Ruth Chatterton, George Brent, Lois Wilson…

Alison Drake dirige fermement l’entreprise héritée de son père. Elle s’éprend d’un inconnu, qui s’avère avoir pour mission de sauver son entreprise en faillite…

Un film étonnant dont la liberté de ton laisse poindre une critique du capitalisme.

"La plupart des femmes dissimulent leurs désirs… voici l’histoire d’une femme qui en fait ouvertement étalage ! Female montre comment les femmes font la chasse aux hommes." (Bande-annonce de l’époque)

Rappellez-le moi par e-mail

Événement expiré

Evènement en cours

Emplacement

Directions

Voir l’itinéraire

Impossible de trouver l'itinéraire !

  • Planifié

  • Invités

  • Assistance

  • Prévision

  • Commentaires

Les données météorologiques sont actuellement pas disponible pour cet emplacement

Bulletin Météorologique

Aujourd'hui stec_replace_today_date

stec_replace_today_icon_div

stec_replace_current_summary_text

stec_replace_current_temp °stec_replace_current_temp_units

Vent stec_replace_current_wind stec_replace_current_wind_units stec_replace_current_wind_direction

Humidité stec_replace_current_humidity %

Feels like stec_replace_current_feels_like °stec_replace_current_temp_units

Prévision

Date de fin

Météo

Temp

stec_replace_date

stec_replace_icon_div

stec_replace_min / stec_replace_max °stec_replace_temp_units

stec_replace_5days

Next 24 Hours

Propulsé par Forecast.io

Inscrivez-vous à la newsletter Séances Spéciales

Pour ne rien rater des événements, festivals et rencontres organisés dans les cinémas près de chez vous, et pour découvrir l'actualité cinéma dans le Sud, abonnez vous à notre newsletter.