Manifesta 13 – Marseille 2020

Créée par l’historienne de l’art néerlandaise Hedwig Fijen, Manifesta est l’unique biennale européenne itinérante qui a vu le jour dans les années 1990 en réponse aux changements politiques, économiques et sociaux qui ont suivi la fin de la guerre froide, dans un contexte d’intégration européenne. Manifesta est progressivement devenue une plateforme d’échanges entre l’art et la société où le milieu artistique et culturel est invité à produire de nouvelles expériences créatrices avec, et pour, le contexte dans lequel il s’inscrit. Manifesta repense les relations entre la culture et la société en explorant et en catalysant les changements sociaux positifs en Europe à travers la culture contemporaine, dans un dialogue continu avec la sphère sociale du lieu d’accueil.

La Constellation de la Rouguière, de Dania Reymond-Boughenou

La Constellation de la Rouguière est un projet de film essai qui naîtra lors d’un atelier de fabrication se situant à Marseille dans le quartier de la Rouguière. Dans la continuité de mes précédents films, j’aimerais interroger l’histoire qui unit la France et l’Algérie.

Le choix du quartier de la Rouguière s’est fait en raison de son histoire emblématique. Ce quartier est assez anodin en apparence mais typiquement marseillais. Il est composé d’une ancienne bastide (sorte de petit château provençal aujourd’hui transformé en centre de réinsertion professionnelle) et d’une cité nommée cité de la Rouguière datant du début des années 60 et construite sur le parc de la bastide. 

Ce lieu est porteur depuis sa fondation et à travers ses habitants de mémoires qui témoignent des liens ambivalents et heurtés qui unissent la France et l’Algérie. Deux faits historiques en témoignent :

1944 : la bastide de la Rouguière est occupée par les allemands. A la libération ce sont les tirailleurs algériens qui sont chargés de libérer la zone et de délivrer le château. Le boulevard des Libérateurs qui traverse le quartier est un hommage au régiment.

1962 : Marseille fait face à l’arrivée massive et inattendue des rapatriés d’Algérie. Ils sont relogés  en urgence à la cité de la Rouguière qui vient juste d’être livrée. Aujourd’hui 15% des habitants de la cité sont des primo-arrivants et beaucoup d’autres sont leurs descendants. 

Le quartier de la Rouguière à Marseille

Biographie

Dania Reymond-Boughenou est une cinéaste franco-algérienne née à Alger en 1982. Sa famille quitte le pays en 1994 pendant la décennie noire pour s’installer à Marseille. Elle y entame des études à l’école des Beaux-arts en cinéma. Elle poursuit par le cursus du Fresnoy studio national des arts contemporains où elle reçoit le prix Studio Collector pour son film Jeanne. En 2015 son travail est parrainé par Mounir Fatmi au salon Jeune Création. Son moyen-métrage Le jardin d’essai tourné à Alger en 2016, est montré dans plusieurs festivals dont Brive, Angers ou Belfort et reçoit plusieurs prix.

Les tempêtes, son premier long-métrage de fiction est en financement. Il a obtenu les aides à l’écriture des Régions Ile-de-France et Nouvelle Aquitaine ainsi que les aides au développement du CNC, de la région Pays de la Loire, de la région Occitanie et du Doha film Institute. Il est finaliste du Prix du scénario 2020.

Filmographie

Le Jardin d’essai, moyen-métrage • 2016 • 42min
La Ville de Maria, court-métrage • 2013 •
Jeanne, court-métrage • 2012 • 17min

LE JARDIN D’ESSAI 2016

Moyen-métrage de fiction, durée : 42′

Co-production : Sandra da Fonseca, Blue Monday Production / La petite prod – avec la contribution financière du CNC, l’aide de la région pays de la Loire, l’Arab Fund for Arts and Culture

Résumé : Dans un parc d’Alger, une équipe de cinéma prépare un film.

Nos partenaires

Contact

Karina Bianchi – 04 13 41 96 74 – karina.bianchi@cinetilt.org

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

INSTAGRAM
FACEBOOK