Lycéens et apprentis au cinéma

Dispositif d’éducation à l’image

Opération d’éducation artistique et culturelle, le dispositif Lycéens et apprentis au cinéma propose aux élèves des lycées d’enseignement général et technique, professionnel, agricole et aux apprentis des centres de formation de forger, d’enrichir et de diversifier leur culture cinématographique.

Il a pour mission de susciter leur curiosité de spectateur par la découverte des œuvres en salle de cinéma, en version originale, et de faire naître une sensibilité artistique par la confrontation à des films exigeants et à des auteurs qui questionnent la création cinématographique.

Il repose sur le volontariat des professeurs, des formateurs et des chefs d’établissements et sur l’engagement des partenaires et des intervenants qui œuvrent pour faire évoluer le regard porté par les lycéens et les apprentis sur le cinéma. Il se donne pour objectifs de développer chez les jeunes une approche sensible et critique de l’image et leur donner la capacité de cerner les enjeux d’un film.

Pour la 21ème édition, la Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Centre national du cinéma et de l’image animée, le Ministère de la Culture et de la Communication, la Direction Régionale des Affaires Culturelles de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Ministère de l’Éducation Nationale, le Ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt, en partenariat avec les académies d’Aix-Marseille et de Nice, la Direction Régionale de l’Alimentation de l’Agriculture et de la Forêt (CRIPT PACA) et les exploitants de salles de cinéma, renouvellent leur engagement pour organiser en région Provence-Alpes-Côte d’Azur  le dispositif national Lycéens et apprentis au cinéma. Un comité de pilotage régional, constitué de représentants de chacune de ces instances, assure le suivi de l’opération.

Édito Région Sud

La jeunesse est l’une de nos priorités. Elle représente la richesse de notre région et incarne son avenir. Avec notre majorité, nous avons choisi de promouvoir la citoyenneté, la responsabilité et la réflexion chez nos jeunes à travers une politique ambitieuse et déterminée. La culture est l’un des vecteurs essentiels de cette démarche. Piloté avec un grand professionnalisme par l’association Cinémas du Sud & Tilt, le dispositif « Lycéens et apprentis au cinéma » participe à cette dynamique.  En initiant les jeunes publics à la culture cinématographique, ce programme leur permet de découvrir des films d’art et d’essai, des documentaires ou des courts métrages mais aussi de questionner leur rapport au cinéma et, plus largement, aux images. Certaines classes peuvent, après sélection, participer au Festival de Cannes ou à d’autres festivals de la région. Durant l’année scolaire 2018-2019, ce sont 24 107 élèves issus de 157 établissements qui se sont ainsi rendus dans une cinquantaine de salles de cinéma partenaires. Une belle réussite pour ce programme dont nous prévoyons un succès au moins aussi important pour cette nouvelle année scolaire.

Renaud MUSELIER  – Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Christian ESTROSI – Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Édito DRAC

Le dispositif « Lycéens et apprentis au Cinéma » s’inscrit dans la politique de sensibilisation et d’éducation artistique du jeune public au cinéma et à l’image, conduite par l’Etat (Centre national du cinéma et de l’image animée – Direction régionale des affaires culturelles), en partenariat avec les collectivités territoriales.

Lycéens et apprentis au cinéma offre aux jeunes la possibilité d’enrichir et de diversifier leur culture cinématographique par la rencontre d’œuvres de qualité, contemporaines ou patrimoniales, françaises ou étrangères, lors des projections organisées spécialement à leur intention au sein des salles de cinéma.

Acquérir une culture de l’image par la découverte des œuvres majeures du cinéma contemporain et du patrimoine cinématographique permet aux jeunes de mieux comprendre ce qu’ils voient. Dans une époque de banalisation de l’image, la culture cinématographique est un élément essentiel de l’éveil des consciences des enfants, et des citoyens de demain.

En Région Provence Alpes Côte d’Azur, ce sont plus de 110 000 élèves, de la maternelle à la terminale qui bénéficient d’une véritable éducation artistique dans le domaine du cinéma grâce aux trois dispositifs « Ecole au cinéma », « Collège au cinéma » et « Lycéens et apprentis au cinéma ».

Je salue l’excellent travail d’accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels qui donne toute sa cohérence à ce dispositif qui permet aux jeunes de développer leur sens critique et acquérir les bases d’une culture cinématographique.

Je me réjouis du succès de « Lycéens et apprentis au cinéma » en Région Provence Alpes Côte d’Azur, dispositif qui donne toute sa cohérence à l’action menée par l’Etat dans le domaine de la création et de la diffusion cinématographique.

Pierre DARTOUT
Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône

Public concerné

Elèves des lycées d’enseignement général et technologique, professionnel, agricole et aux apprentis des CFA.

Projections sur temps scolaire.

Les chefs d’établissements sont informés chaque année de la reconduction du dispositif par les rectorats pour l’Education Nationale, par  le CRIPT de la DRAAF Sud pour l’Enseignement Agricole, par la Direction de la Formation et de l’Apprentissage de la Région Sud pour les Centres de Formation des Apprentis.
– Inscription du dispositif au volet culturel du projet d’établissement souhaité pour en faciliter l’organisation interne
– Soutien aux équipes éducatives pour l’organisation des séances dans les salles de cinéma et pour l’accueil d’interventions dans les établissements scolaires.
– Il est souhaitable que le chef d’établissement autorise tous les enseignants ou formateurs inscrits à participer aux formations.
chacune des classes inscrites en début d’année assiste aux séances des trois films choisis (deux pour les CFA) voir encadrement des effectifs
Le dispositif peut s’inscrire dans le parcours artistique et culturel des élèves puisqu’il permet la rencontre avec des œuvres cinématographiques, avec les lieux culturels que sont la salle de cinéma ou les festivals, et avec des professionnels du cinéma, intervenants ou réalisateurs présents dans les festivals ou accompagnant les courts métrages.
Ce dispositif national d’éducation à l’image est inscrit dans la convention quadripartite Etat-Région-Education Nationale-DRAF sur l’Education Artistique et Culturelle.

Personne relais

Une personne relais est désignée dans chaque établissement, pour assurer le suivi du dispositif en lien avec la coordination et la salle partenaire:
– elle transmet les documents, recueille et diffuse les informations dans l’établissement
– elle réserve les séances pour les projections auprès de la salle de cinéma,
– elle prépare les élèves avant la séance et consacre un temps de travail avec les classes après chaque visionnement
– elle transmet les propositions d’accompagnement culturel à ses collègues dont les classes sont inscrites,
– elle organise la mise en place des interventions et la participation des classes aux festivals,
– elle fait part des suggestions et d’éventuelles difficultés à la coordination
– elle s’assure de la bonne conduite des élèves dans le cinéma partenaire

Inscriptions

Les réinscriptions des établissements et les demandes d’inscription des nouveaux établissements ont lieu au printemps 2018 pour l’année scolaire 2019-2020. Possibilité d’inscription jusqu’au 14 septembre 2019 pour les nouvelles demandes.

Choix des films

Une liste des 5 films est proposée chaque année.
L’équipe pédagogique devra choisir trois films (ou deux pour les CFA) sur les cinq titres proposés.

Documents pédagogiques

Le dispositif propose des documents pédagogiques pour chaque film.
Un livret destiné aux professeurs et une fiche destinée aux élèves.

Pour les enseignants relais qui le demandent les fiches élèves peuvent être imprimées et envoyées dans les établissements.

Pour le film en proposition régionale les Dossiers Enseignants et les Fiches Élèves sont disponibles uniquement au format numérique.

Tarifs

2,50 € par élève et par séance
Gratuité pour les enseignants et accompagnateurs
Règlement aux salles de cinéma à chaque séance (par chèque le jour de la séance ou selon accord préalable avec la salle partenaire sur facture)

Transport

Le transport pour les établissements qui n’ont pas de salle de cinéma sur leur commune :
Cinémas du sud & tilt prend en charge la moitié du coût de déplacement pour les établissements qui participaient déjà depuis plusieurs années.
L’organisation des transports relève de l’organisation l’établissement.

Les nouveaux établissements qui n’ont pas de salle sur leur commune peuvent être intégrés au dispositif mais devront prendre en charge le coût intégral de leur transport.

Encadrement des effectifs

Pour la rentrée 2019, les critères d’encadrement d’effectifs sont à nouveau assouplis. Les établissements pourront inscrire plus de classes qu’auparavant.

Critères d’encadrement du nombre de classes – 2019-2020
Pour les nouveaux établissements entrant dans le dispositif en 2019-2020:

-Inscription de 6 classes maximum, pour la première année de participation.

– Pour les établissements qui se réinscrivent : 12 à 14 classes maximum, et un effectif  minimum obligatoire de 4 classes ou 90 élèves (sauf les CFA).

Un effectif minimum de 4 classes ou de 90 élèves est nécessaire pour que la salle de cinéma puisse assurer les séances.

Conditions spécifiques aux CFA

Pour les établissements qui participaient déjà les années précédentes :
– Tous les établissements doivent inscrire un minimum obligatoire de 4 classes ou 90 élèves (sauf les CFA)
– Les établissements d’enseignement général peuvent inscrire jusqu’à 12 classes
– Sont prioritaires en termes d’effectifs et de classes, les établissements :
– Classés «Ambition réussite »
– Situés en zone rurale
– D’enseignement professionnel
– Les Centres de Formation pour Apprentis
– Qui peuvent inscrire jusqu’à 14 classes

Les établissements s’engagent à respecter les règles suivantes :
• Inscription du dispositif au projet d’établissement
• Les classes inscrites restent les mêmes et visionnent les trois films choisis
• Respecter les effectifs inscrits pour les trois films
• Préparer les élèves et mener un travail pédagogique après les séances
• Favoriser la venue d’un intervenant pour l’un des trois films dans la mesure de la possibilité d’organisation de l’établissement
• Prendre en compte les stages de formation inscrits au PAF
• Répondre en fin d’année à un questionnaire

La liste des cinq films de l’année est composée de quatre films provenant de la liste nationale établie par le CNC, et d’un film en proposition régionale. Les titres sont sélectionnés par le comité de pilotage régional.

Les enseignants composent leur propre programmation annuelle, trois films pour les lycées, deux ou trois films pour les CFA. La diversité des propositions permet aux enseignants d’aborder différentes formes et écritures cinématographiques, des œuvres et des auteurs qui ont marqué le cinéma ou représentatifs de la production contemporaine.

CAROL de Todd Haynes
USA, 2015, 1h58 VO
Avec Cate Blanchett, Rooney Mara, Kyle Chandler

Dans le New York des années 1950, Therese (Rooney Mara), jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol (Cate Blanchett), femme séduisante, prisonnière d’un mariage peu heureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond et les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.

(…) Blanchett prête ici son prodigieux talent à un rôle inoubliable, à l’image d’un film dénué de tout pastiche, malgré son air de famille trompeur avec tout un pan de l’histoire du cinéma classique et de la télévision postmoderne (Mad Men).(…) le film fait de Carol tout à la fois une figure tutélaire, une obsession amoureuse et une femme fatale qui se dérobe à l’emprise du regard. (…) Les tonalités désaturées de la palette chromatique et l’image granuleuse du Super 16 mm projettent sur les deux amantes l’ombre du film noir sans que rien de la séduction et du mystère associés au genre n’en subsiste à l’écran.  Critikat par Damien Bonelli

En savoir plus

Texte Formation CAROL par Adrien Denouette

En attente de publication

DIAMANT NOIR de Arthur Harari
France, 2016, 1h55
Avec Niels Schneider, August Diehl, Hans Peter Cloos

Pier Ulmann vivote à Paris, entre chantiers et larcins qu’il commet pour le compte de Rachid, sa seule « famille ». Son histoire le rattrape le jour où son père est retrouvé mort dans la rue, après une longue déchéance. Bête noire d’une riche famille de diamantaires basée à Anvers, il ne lui laisse rien, à part l’histoire de son bannissement par les Ulmann et une soif amère de vengeance. Sur l’invitation de son cousin Gabi, Pier se rend à Anvers pour rénover les bureaux de la prestigieuse firme Ulmann. La consigne de Rachid est simple : « Tu vas là-bas pour voir, et pour prendre. » Mais un diamant a beaucoup de facettes…

 Remarqué pour ses courts métrages percutants, Arthur Harari réussit son passage au long en restant fidèle à ses obsessions, forgées par la fréquentation des mélodrames de Kazan et de Minnelli : violence des rapports humains, fatalité de la filiation, pulsions mal contrôlées. La défaillance morale des protagonistes fait inexorablement glisser ce thriller, à la photographie superbement contrastée, vers la tragédie. Télérama par Jérémie Couston

En savoir plus

Texte Formation DIAMANT NOIR par Adrien Denouette

En attente de publication

JOHNNY GUITAR de Nicholas Ray
USA, 1955, 1h50 VO
Avec Joan Crawford, Sterling Hayden, Mercedes McCambridge

Vienna, tenancière d’un casino saloon qu’elle a habilement fait construire dans une zone désertique prochainement desservie par une ligne de chemin de fer, sait sa fortune faite si elle résiste à la convoitise immobilière des riches éleveurs de la ville proche, et à leur angoisse des trains par lesquels arriveront les agriculteurs qui clôtureront leurs prairies. L’attaque d’une diligence cristallise la haine des notables sur Vienna, emportés par Emma, une riche propriétaire puritaine du village jalouse de l’indépendance et la réussite d’Emma. Elle accuse Dancing Kid d’avoir tué lors de l’attaque et Emma d’en être la complice en le protégeant. Johnny Guitar, musicien qui vient d’être embauché par Vienna pour jouer dans son établissement, tente de s’interposer…

Johnny Guitar est souvent présenté comme un western baroque. Baroque, il l’est d’abord par son scénario qui met au centre du film une femme, ce qui est rarissime pour un western, et même deux femmes dont l’une nourrit une haine féroce envers l’autre. Il l’est aussi par ses lieux, un immense saloon sans client, une montagne qui est à la fois un refuge et qui explose sous les charges de dynamite d’une équipe de terrassiers.(…)Le Blog du Monde

En savoir plus

LE VOYAGE DE CHIHIRO de Hayao Miyazaki
Japon, 2002, 2h05, VO

Chihiro, dix ans, a tout d’une petite fille capricieuse. Elle s’apprête à emménager avec ses parents dans une nouvelle demeure. Sur la route, la petite famille se retrouve face à un immense bâtiment rouge au centre duquel s’ouvre un long tunnel. De l’autre côté du passage se dresse une ville fantôme. Les parents découvrent dans un restaurant désert de nombreux mets succulents et ne tardent pas à se jeter dessus. Ils se retrouvent  alors transformés en cochons.

Prise de panique,  Chihiro s’enfuit et se dématérialise progressivement. L’énigmatique Haku se charge de lui expliquer le fonctionnement de l’univers dans lequel elle vient de pénétrer. Pour sauver ses parents, la fillette va devoir faire face à la terrible sorcière Yubaba, qui arbore les traits d’une harpie méphistophélique.

Le Voyage de Chihiro est un poème en prose, une épopée foisonnante, un conte philosophique, une oeuvre beaucoup plus ambitieuse qu’un simple roman d’apprentissage destiné à la jeunesse, qui confirme le talent unique de son auteur, Hayao Miyazaki. (…) Les Inrockuptibles par Olivier Père

En savoir plus

Retrouver :

Des pistes de travail, des vidéos autour du film en lien ici

Un documentaire sur le travail de Hayao Miyazaki, Never ending man (2019) bande-annonce ici

LE HUSSARD SUR LE TOIT de Jean-Paul Rappeneau
France, 2h10, 1995
En proposition régionale

1832 Le choléra décime la Provence, laissant sur son passage des cadavres au visage bleu, grimaçant de souffrance. Angelo, hussard italien poursuivi par les Autrichiens pour menées révolutionnaires, prend toutefois le temps de soigner les innocentes victimes. Il prend aussi le temps d’aimer en silence la jeune Pauline, lancée sur les routes à la recherche d’un mari mystérieux. Invulnérable et pur, il affronte tous les dangers…

Ce Hussard sur le toit n’a qu’un seul moteur : le mouvement. Comme tout le cinéma de Jean-Paul Rappeneau. Drames historiques ou comédies sentimentales, ses films sont d’une élégance et d’une fluidité uniques, y compris verbales : les mots, eux-mêmes, s’y pressent et s’y bousculent (…) Télérama par Guillemette Odicino

 

En savoir plus

Retrouver :

La liste des cinq films de l’année est composée de quatre films provenant de la liste nationale établie par le CNC, et d’un film en proposition régionale. Les titres sont sélectionnés par le comité de pilotage régional.

Les enseignants composent leur propre programmation annuelle, trois films pour les lycées, deux ou trois films pour les CFA. La diversité des propositions permet aux enseignants d’aborder différentes formes et écritures cinématographiques, des œuvres et des auteurs qui ont marqué le cinéma ou représentatifs de la production contemporaine.

Alien, le huitième passager de Ridley Scott
USA, 1979, 1h56. VO
Avec Sigourney Weaver, John Hurt, Tom Skerritt, Yaphet Kotto, Harry Dean Stanton

En 2122, quelque part dans l’espace intersidéral, un gigantesque cargo, le Nostromo, est interrompu dans son trajet en direction de la Terre par un signal de détresse. Émis d’une petite planète inexplorée, ce signal persuade l’Intelligence Artificielle, surnommée Mother, de réveiller les sept occupants du remorqueur spatial, en hypersommeil depuis plusieurs mois. Malgré les réticences de certains membres, le commandant de bord du Nostromo, Dallas, prend la tête d’une équipe de trois éclaireurs afin d’éclaircir le mystère. Ils découvrent sur cette planète l’épave gigantesque d’un vaisseau d’origine extraterrestre, à l’intérieur duquel trône le cadavre fossilisé d’un humanoïde.

En savoir plus

Formation – Alien (1979).pdf
Alien par Francisco-Ferreira.pdf

« Dans l’espace, personne ne vous entend crier » prévient l’accroche d’Alien.

Nous sommes en 1979, et l’industrie hollywoodienne est alors en pleine mutation : les succès des Dents de la mer et de La Guerre des étoiles tirent le cinéma de genre sur le devant de la scène, obligeant les studios à revoir leurs priorités. Dorénavant, il s’agit donc de faire crier le public (comme dans Les Dents de la mer) et de l’emporter dans l’espace (comme dans La Guerre des étoiles).

Mais ce programme opportuniste détermine-t-il complètement le succès d’Alien ? Quarante ans après sa sortie, la fascination exercée par le film demeure en tout cas intacte. Il faut dire qu’au-delà de sa réussite technique et artistique, Alien est une expérience intime, presque une épreuve initiatique, permettant aux spectateurs d’explorer toutes les facettes émotionnelles de l’angoisse : curiosité, attente, stress, choc, panique, traumatisme. Terrifiant à nul autre pareil, le film est paradoxalement une œuvre sur le désir, le désir d’avoir peur.

Les lumières de la ville de Charles Chaplin
USA, 1931, 1h27, NB, Muet, Sonore
Avec Charles Chaplin, Virginia Cherrill, Florence Lee, Harry Myers

Charlot vagabond vient en aide à une jeune fleuriste aveugle et se fait passer pour un homme riche. A force de travail il réunit assez d’argent pour que la jeune fille recouvre la vue.

En savoir plus

1929. A l’aune du cinéma parlant, Chaplin décide de tourner le dos aux innovations techniques et se résout à la production d’un nouveau long-métrage sans paroles. Ce sera Les Lumières de la Ville, dernier film muet de Charlot et ultime occasion pour les spectateurs du monde entier de s’imaginer une voix pour leur héros. Conscient qu’il devra faire face au cinéma sonore tôt ou tard sous peine de disparition, Chaplin trouve alors un compromis afin de se donner encore un peu le temps de la réflexion quant aux premiers pas de Charlot dans le monde du dialogue : sa nouvelle création sera un film muet, mais sonore, avec musique et effets bruités. Il composera lui-même la musique, confirmant ainsi une des multiples facettes de son talent.

My Sweet Pepper Land de Hiner Saleem
Kurdistan, France, Allemagne, 2013, 1h35. VO
Avec Golshifteh Farahani, Korkmaz Arslan, Suat Usta

Au carrefour de l’Iran, l’Irak et la Turquie, dans un village perdu, lieu de tous les trafics, Baran, officier de police fraîchement débarqué, va tenter de faire respecter la loi. Cet ancien combattant de l’indépendance kurde doit désormais lutter contre Aziz Aga, caïd local. Il fait la rencontre de Govend, l’institutrice du village, jeune femme aussi belle qu’insoumise…

En savoir plus

Hiner Saleem  offre un portrait du Kurdistan autonome après la chute du régime de Saddam Hussein et le vote de la constitution fédérale d’Irak en 2005. My Sweet Pepper Land emprunte la forme du western pour confronter la loi coutumière à la loi moderne.

À travers un travail sur la relation des personnages au cadre et au décor, le recours à un montage à la fois alterné et parallèle ainsi que le choix d’une bande originale protéîforme, My Sweet Pepper Land donne à voir et entendre par les moyens du cinéma la situation d’une région et d’un pays au cœur de l’actualité. Une fable politique empreinte d’humour.

Sans toit ni loi de Agnès Varda
France, 1985, 1h45
Avec Sandrine Bonnaire, Joël Fosse, Macha Méril, Yolande Moreau, Yahiaoui Assouna

Un matin d’hiver, on retrouve le cadavre d’une jeune fille dans un fossé. Qui était-elle ? Petit à petit, au fil des témoignages, son passé se reconstitue. Elle s’appelait Mona et avait tout quitté pour prendre la route. Elle croisait sans s’attarder des gens aux chemins et aux vies vagues. Elle était aussi montée dans la voiture d’une universitaire, spécialiste des platanes, que sa dureté sans fard avait intriguée et repoussée tout à la fois…

En savoir plus

Pour ce film, Agnès Varda part d’un fait divers : sur les routes du sud de la France, une jeune femme est retrouvée morte de froid. Qui était-elle ? Comment en est-elle arrivée là ? Le fait divers ouvre une exploration des rapports que les gens ordinaires, croisés au fil de l’errance du personnage, entretiennent avec la possibilité de la pauvreté radicale et d’une vie à la marge. La vagabonde a laissé derrière elle une traînée de brefs souvenirs, de sentiments plus ou moins profonds et inavoués. Le film les assemble pour mêler le portrait de Mona à ceux de ces rencontres, dans une structure complexe faite de flashbacks et d’adresses à la caméra, de récits secondaires et de ponctuations musicales.

Sans toit ni loi est contemporain de l’émergence de formes de pauvreté que l’on connaît encore aujourd’hui, mais l’exactitude de son constat sociologique ne fait pas pour autant la lumière sur les motivations de Mona. La mise en scène et le montage de Varda, comme le jeu de Sandrine Bonnaire, creusent un âpre mystère : le difficile chemin entre solitude et liberté.

Vers le Sud
Programme de 3 moyens métrages. Durée totale : 1h26
En proposition régionale. Films soutenus par la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur et le CNC.

Programme réalisé en partenariat avec l’Agence du Court Métrage, et en collaboration avec le Festival Tous Courts d’Aix-en-Provence, le Festival International du Film d’Aubagne, Un festival c’est trop court de Nice et Des courts l’après-midi

L'île jaune - Léa Mysius et Paul Guilhaume - France, 2015, 30’

Ena, onze ans, rencontre un jeune pêcheur sur un port. Il lui offre une anguille et lui donne rendez-vous pour le dimanche suivant de l’autre côté de l’étang. Il faut qu’elle y soit. Diego, son binôme de voile, peut lui permettre de traverser l’étendue d’eau et rejoindre son prétendant. Si elle y parvient elle lui donnera son collier en or.

Le film montre une jeune fille de onze ans qui appréhende la sortie de l’enfance. Elle se découvre, traversée par des sensations, des sentiments difficiles à apprivoiser mais intrinsèques à cette nouvelle aventure. L’île Jaune est ce vaste espace d’apprentissage, d’initiation, vierge de toutes expériences éloignées des parents.

Les chants de la Maladrerie - Flavie Pinatel - France, 2017, 26’

Portrait d’une cité aux formes étonnantes (La Maladrerie d’Aubervilliers) et de ses habitant.e.s, c’est n documentaire d’un genre particulier, puisque les personnes s’y expriment non pas en parlant mais à travers des chansons. En filigrane, le film dresse un état des lieux poétique du vivre-ensemble en France en 2016.

Interview vidéo de la réalisatrice Flavie Pinatel

Le film se déploie au sein d’une ancienne léproserie réhabilitée par l’architecte Renée Gailhoustet dans les années 80. C’est dans ce quartier, pensé sur la base d’une architecture utopique et une alternative aux grands ensembles, que vit depuis quelques années la réalisatrice. Développant une forme expérimentale de documentaire,  Flavie Pinatel questionne le vaste sujet du vivre ensemble au 21e siècle dans ces lieux, ces architectures « souffrant d’une image violente et difficile ». Ainsi, elle interroge la notion d’utopie à différentes échelles, celle de la ville, du quartier, jusque dans la manière dont nous pouvons habiter cet idéal.

Retour à Genoa City - Benoit Grimalt, France, 2017, 29’

Mémé et son frère Tonton Thomas regardent le même feuilleton américain, tous les jours à la même heure, depuis 1989. Vingt ans après mon départ de Nice, je reviens les voir pour qu’ils me racontent les 3527 épisodes que j’ai manqués.

Interview vidéo du réalisateur Benoît Grimalt

Le temps d’un film Benoit Grimalt convie le spectateur à s’installer confortablement dans le salon de Mémé et son frère Tonton Thomas pour regarder Les Feux de l’Amour.Après un premier plan teinté d’humour, le film dévoile au fur et à mesure une toute autre histoire. Un portrait en creux d’une famille, celle du réalisateur, qu’il ne connait pas vraiment lui non plus. Retour à Genoa City est « un film qui tente de résister au temps qui passe » ; un dernier tour de piste, en quelque sorte…

L’accompagnement culturel du dispositif tient essentiellement en quatre points. Les documents pédagogiques, les interventions sur les films en classe, la participation des classes aux festivals partenaires et la formation des enseignants.

L’accompagnement pédagogique relève du travail des professeurs et des formateurs qui assurent le travail sur le film avant et après la séance, afin d’accompagner les élèves dans leur découverte du cinéma. Ce sont eux qui sélectionnent les trois films, et sont à l’origine des demandes d’interventions ou de déplacements dans les festivals.

Documents pédagogiques

– Fiche élève : des documents pédagogiques élèves sont édités pour chaque film sur demande des enseignants à chaque rentrée scolaire, sinon en ligne.
– Dossier enseignant : livrets en ligne pour les professeurs

Interventions en classe

Les établissements peuvent bénéficier d’interventions sur l’un des films de leur programme ou d’une intervention spécifique d’un professionnel du cinéma. Les CFA peuvent bénéficier d’une intervention pour chacun des films. Les interventions sur les films au programme complètent le travail des enseignants pendant l’année. Elles ont lieu en classe.

Une intervention d’environ 1h30 par classe ou groupe d’élèves (35 élèves/apprentis maximum) dans la limite des disponibilités
– 2 interventions minimum
– Intervention sur 1 film ou Intervention spécifique
– Demande via Fiche de réservation ci-dessous à télécharger

Interventions sur les films du programme (1h30)

Les interventions prennent la forme d’une rencontre avec les élèves et comprennent une analyse de séquence. Elles peuvent également être composées d’une analyse de l’œuvre, d’une présentation de l’auteur et du contexte historique de production du film.
Elles ont pour objet de mener une réflexion avec les élèves à partir de leur vécu lors de la séance et de leur réception du film, de répondre à leurs questions et les initier à l’analyse d’image.

Les intervenants sont des professionnels du cinéma, critiques, réalisateurs, doctorants ou enseignants à l’université. Ils mènent une activité professionnelle et dispensent des interventions en parallèle.

Les interventions durent 1h30 pour une seule classe (ou un groupe de 35 élèves / apprentis maximum). Il est demandé aux établissements de mettre en place au minimum deux interventions sur le même jour (avec des horaires assez proches) pour la venue de l’intervenant. Si un établissement ne peut mettre en place qu’une seule intervention celle-ci sera de 2h. Le nombre d’interventions possibles dans votre établissement vous sera précisé lors de votre demande d’intervention. Celui-ci est calculé en fonction du nombre d’établissements et de classes inscrites au total au dispositif. Les interventions ont lieu dans la semaine ou au plus tard dans les 3 semaines qui suivent la projection du film .

La classe qui accueille l’intervention doit être équipée de matériel de projection DVD.

Modalités de demande

Pour accueillir une intervention dans votre établissement, vous devrez compléter la fiche de réservation (ou formulaire) en faisant deux propositions de dates, ceci au moins 3 semaines avant la date d’intervention souhaitée. Les interventions ont lieu APRÈS que les élèves aient vu le film. A réception de la demande, la coordination vous mettra en relation avec l’intervenant(e).
L’enseignant relais devra impérativement contacter l’intervenant par téléphone pour avoir un échange avec lui avant la date de l’intervention afin de lui faire savoir quelle a été la préparation des classes et lui communiquer les information pratiques pour son accueil dans l’établissement.

Nous vous précisons que les intervenants ne sont pas salariés permanents de notre association et se rendent disponibles au mieux de leurs possibilités pour répondre aux demandes des professeurs et formateurs.

Interventions spécifiques

En alternative aux interventions sur les films nous vous proposons des interventions dites “spécifiques”.
Durée 2 heures.

Festivals partenaires

En complément des trois films vus en salle, les classes inscrites au dispositif peuvent participer à divers festivals de la région, partenaires de Lycéens et apprentis au cinéma en région Sud. Ces festivals proposent des films choisis dans leur programmation ou des programmes spécifiques destinés aux lycéens et aux apprentis.

Comment participer ?
Inscription auprès des Festivals suite au mail d’information de la coordination un mois avant l’ouverture du festival (à l’exception du Festival de Cannes pour lequel la participation est soumise à des modalités spécifiques – Voir Festival de Cannes). Les enseignants et les formateurs relais prennent contact avec la personne responsable des séances scolaires du festival pour choisir le programme et les séances. En s’inscrivant à un festival, les classes s’engageront à fournir à la coordination un travail écrit sur les films vus.

Cinémas du sud & tilt prend en charge 1€ sur le prix d’un billet au tarif scolaire proposé par chaque festival, pour une séance et uniquement pour les classes inscrites à Lycéens et apprentis au cinéma.
Le transport vers le festival est à la charge de l’établissement.

Un festival c’est trop court – Nice (11 – 18 octobre 2019)  : Depuis 2000 l’association héliotrope organise à Nice, Un festival c’est trop court, point d’orgue annuel d’une action entièrement consacrée à la diffusion et à la promotion de la « forme courte ». Le festival propose la découverte de films aux élèves du primaire et du secondaire, par le visionnement des films en compétition ou de programmes thématiques.Contact : Association Héliotrope – 04 93 13 97 65  – www.nicefilmfestival.com/court-metrage

Rencontres Cinématographiques de Cannes (18- 24 novembre 2019) : Cannes Cinéma organise, chaque année en novembre, les Rencontres Cinématographiques de Cannes. Cet évènement propose de nombreux stages et ateliers d’initiation à différents métiers du cinéma destinés aux collégiens et lycéens. Deux formules pour les classes de lycéens : une journée aux Rencontres et/ou des stages et ateliers :
Pendant les Rencontres, des stages ou ateliers d’initiation animés par des professionnels de renom offrent l’opportunité de découvrir différents métiers autour du cinéma sur la critique de film, l’écriture de scénario, la composition de musique de film et un atelier “Pocket films”.

Films Femmes Méditerranée, Marseille (28 novembre – 7 décembre 2019) : Créées Marseille en 2006, Les Rencontres Films femmes Méditerranée (FFM) propose aux classes au dispositif deux séances au choix : Un long métrage de la programmation et la rencontre avec sa réalisatrice, Un programme de courts métrages et une rencontre avec une réalisatrice ou une productrice de ce format court. L’objectif est double, permettant à des lycéens de découvrir une manifestation cinématographique, des films inédits, de rencontrer une réalisatrice et d’ouvrir les Rencontres à un nouveau public : www.films-femmes-med.org

Festival tous courts, Aix-en-Provence (3 – 7 décembre 2019) : Le Festival Tous courts propose des séances spéciales lycéens et des séances de compétition. Programme scolaire, information et formulaire de réservatio : www.aix-film-festival.com

FIDMarseille : Des séances pour les élèves de décembre 2019 à avril 2020 et Le Festival juillet 2020 : Le FID propose aux classes la découverte de films de ses précédentes éditions. Ces séances sont proposées pour une classe à la fois dans les locaux du FID, avec une présentation et un débat. Le FID met à disposition des documents d’accompagnement pour les élèves et les enseignants ainsi que des DVD pour ces derniers pour visionnement préalable. Séances sur rendez-vous : Accueil des classes et des enseignants pendant le Festival en juillet 2020.
Candidature possible pour participation des élèves au Jury jeune en juillet. www.fidmarseille.org

Rencontres internationales des cinémas arabes AFLAM (avril 2020): Pour les classes de lycée le festival propose une sélection et sur demande des établissements une rencontre avec les équipes pédagogiques en amont du festival. www.lesrencontresdaflam.fr

Festival International du film d’Aubagne (mars 2020) : Des Programmes scolaires, une Rétrospective, un programme “Ecoles de Cinéma”, des Rencontres avec les réalisateurs et compositeurs des films en compétitions, un Ciné Concert, une master Class de composition musicale pour l’image… et bien d’autres surprises encore!”

Rencontres du cinéma Sud-Américain (mars-avril 2020) : Une programmation dédiée aux scolaires et une séance de pré-visionnement pour les enseignant.  www.cinesudaspas.org

Rencontres cinématographiques de Digne-les-Bains mars – avril 20120 : www.unautrecinema.com

Reprise de la Quinzaine à l’Alhambra (mai 2020) : Chaque année l’Alhambra accueille la reprise de la Quinzaine des réalisateurs la semaine suivant le Festival  de Cannes avec une dizaine de films.
Une journée destinée aux lycéens et prévue le jeudi 1er juin. Les classes intéressées sont invitées à assister à une ou deux séances proposées parmi les films choisis pour les lycéens par l’Alhambra.

Festival de Cannes

Chaque année 20 classes de différents établissements inscrits au dispositif peuvent participer au Festival de Cannes, grâce au soutien de la région Sud et aux partenariats mis en place.

C’est l’occasion pour environ 600 lycéens et apprentis de faire une plongée dans un festival international, avec un accès aux séances de toutes les sections, grâce à l’accueil de nos partenaires du Festival de Cannes, de la Quinzaine des réalisateurs, de la Semaine de la Critique et de l’ACID.

Les élèves peuvent ainsi découvrir des œuvres d’origines variées, singulières ou classiques, d’auteurs déjà connus ou émergents, se  confronter à la diversité du cinéma et vivre la réalité du Festival de Cannes.

Conditions de participation au Festival de Cannes :
– L’enseignant relais fait acte de candidature pour une classe de son établissement au printemps un an avant le Festival. Il sera impératif de confirmer l’inscription du dispositif au projet culturel de l’établissement de l’année en cours.
– Les établissements peuvent faire acte de candidature après trois années révolues de participation au dispositif.
– Sont prioritaires les établissements n’ayant jamais participé à ce festival, et ceux dont la participation est la plus ancienne.
– Le Festival est ouvert aux classes inscrites  au dispositif, et dont les élèves auront effectivement vu les trois films.
– Le Festival est réservé aux classes de première et terminale (les élèves doivent avoir 16 ans minimum les films n’ayant pas encore de visa).
– Une classe de 35 élèves maximum (merci d’éviter les  groupes d’élèves de plusieurs classes) et 4 enseignants par établissement (les accompagnants ne peuvent être que des personnels des établissements).
– Les établissements doivent inscrire le projet de participation au festival dans un projet culturel.
Par ailleurs des critères de répartition équilibrée par académie et par type d’établissement sont appliqués par le comité de pilotage du dispositif qui sélectionne les candidatures de 20 établissements.
La priorité est donnée aux établissements dont les professeurs assistent aux journées de formation et qui accueillent une intervention dans l’année.

Modalités d’accueil :
Accueil des classes : du lendemain de l’ouverture jusqu’à la veille de la clôture du Festival, soit 9 jours comprenant les jours fériés et Week-end
Présence au Festival. Soit pour une journée avec deux séances, soit pour deux journées avec quatre séances
8 établissements sont retenus pour être présents durant 2 journées, 4 projections. Sont prioritaires pour ces 2 jours de participation au Festival, les établissements les plus éloignés géographiquement pour lesquels l’hébergement est pris en charge par la coordination.
12 établissements sont retenus pour une participation d’une journée, 2 projections.
La coordination assure l’organisation des séances du Festival et l’accueil des classes sur place.
Les établissements organisent et prennent en charge le coût du transport des élèves et les repas. Le transport se fera obligatoirement en car s’il y a hébergement, déplacement possible en train si une seule journée de présence sur le Festival. Le coût du transport en car étant assez onéreux (entre 1600€ & 2000€) nous vous conseillons de demander des devis dès cette fin d’année auprès des sociétés de transports et de prévoir le vote du budget de ce projet au dernier CA de l’année 2019 (via des fiches projets ou autre modalité).
La liste des établissements retenus sera communiquée aux candidats par mail après la réunion du comité régional de pilotage, courant mars 2019.

Ressources pédagogiques

Ressources

Transmettre le cinéma – Portail des dispositifs nationaux d’éducation à l’image.
Catalogue et présentation des films, extraits et analyses séquentielles de certains films du dispositif.
www.transmettrelecinema.com

CNC
Les dossiers enseignants et élèves sont téléchargeables
cnc.fr/web/fr/dossiers-pedagogiques

Ciclic – Vocabulaire de l’analyse filmique
Un cours à suivre en ligne : chacune des onze séances comprend un lexique illustré par des extraits de films, des exercices.
www.ciclic.fr

UPOPI
Université populaire des images de Ciclic
upopi.ciclic.fr

Ministère de l’éducation nationale
www.education.gouv.fr/education-a-l’image

Le fil des images
Publication des Pôles régionaux d’éducation et de formation aux images
www.lefildesimages.fr

Cinémathèque française
www.cinematheque.fr/

ADAV – Ateliers Diffusion Audiovisuelle
Centrale d’achat de programme audiovisuels et multimédia réservée aux réseaux culturels et éducatifs non-commerciaux (DVD libres de droits)
www.adav-assoc.com

2 journées de formation par académie à destination des enseignants et formateurs organisées par les DAAC des rectorats de l’académie de Nice et de l’académie d’Aix-Marseille, le CRIPT Provence Alpes Côte d’Azur et Cinémas du sud & tilt.

Les journées de formation permettent de visionner et d’étudier les films afin de préparer au mieux leur présentation et leur travail avec les élèves. Elles ont pour objectif d’apporter une réflexion et une ouverture culturelle sur le film en tant qu’œuvre.

1 journée pour les enseignants & formateurs, au mois de novembre consacrée à l’étude d’un des films du programme. Un intervenant présente l’auteur, l’œuvre et mène une analyse du film.

1 journée pour les enseignants & formateurs, au mois d’avril consacrée au visionnement de deux ou trois des films  au programme de l’année suivante. Un ou deux films sont accompagnés d’une présentation. Ainsi, les professeurs et formateurs peuvent voir ou revoir certains films avant de faire leur choix des trois œuvres de la saison suivante.

Ces journées sont inscrites au Plan Académique de Formation.
Académie d’Aix-Marseille : deux journées de formation « Pratique culturelle »
Académie de Nice : deux journées de formation « Lycéens et apprentis au cinéma »

    • Pour l’Académie de Nice, à la rentrée scolaire, les enseignants seront informés des modalités de candidature aux journées de formation par la conseillère DAAC à la coordination cinéma de cette académie.
  • Pour l’Académie d’Aix-Marseille, cette formation est à public désigné.  Le rectorat convoquera les stagiaires dont la candidature aura été retenue. Un professeur par établissement candidat sera convoqué. Les professeurs non convoqués peuvent assister aux formations sur autorisation de leur chef d’établissement via un ordre de mission.
  • Les candidatures pour les journées de formation du 21 et 22 novembre à Aix-en-Provence et Toulon sont closes.

Les professeurs de l’enseignement agricole doivent demander l’autorisation à leur chef d’établissement via un ordre de mission et en informer leur chargée de mission d’Education socioculturelle Mme Agnès Dechy, avant les formations. Les enseignants doivent également s’inscrire auprès de Cinémas du sud& tilt par mail : smercier@laacsud.fr

Les formateurs des CFA sont invités à participer à ces journées. Ils doivent avoir l’autorisation de leur directeur et s’inscrire auprès de Cinémas du Sud & tilt par mail : smercier@laacsud.fr

Aix-en-Provence – Institut de l’Image
Antibes – Le Casino
Arles – Le Fémina
Arles – Cinémas Actes Sud
Aubagne – Le Pagnol
Avignon – Cinéma Utopia
Barcelonnette – L’Ubaye
Bollène – Le Clap
Briançon – L’Eden Studio
Brignoles – La boite à images
Cagnes sur Mer – Cinéma Espace Centre
Cannes – Studio 13
Cannes –  Les Arcades
Carpentras Cinéma le Rivoli
Digne-Les-Bains – Salle des Rencontres
Digne-Les-Bains – Cinétoiles
Draguignan – Méga CGR Chabran
Embrun – Le Roc
Fréjus – Le Vox
Gap – Le Centre
Gardanne – Cinéma 3 Casino
Grasse – Le Studio
Hyères – L’Olbia
Istres – Le Coluche
L’Isle sur la Sorgue –  La Strada
La Ciotat – L’Eden
La Garde – Le Rocher
Lorgues – Le Cinéma
Mallemort – Espace Dany
Manosque – CGR Manosque
Marignane – Cinéma Saint-Exupéry
Marseille – L’Alhambra
Marseille – Le Bonneveine
Marseille – Les 3 Palmes
Marseille – Pathé Marseille Madeleine
Marseille – Le Gyptis
Marseille – La Baleine
Marseille – Le César
Marseille – Les Variétés
Martigues – Jean Renoir
Miramas – Le Comœdia
Mouans-Sartoux – La Strada
Nice – Le Mercury
Nice – Espace Magnan
Nice – Le Rialto
Orange – Le Forum
Pertuis – Le Lubéron
Port-de-Bouc – Le Méliés
Port Saint-Louis du Rhône – Gérard Philipe
Saint-Bonnet-en Champsaur – Central Cinéma
Saint-Maximin – Cinéma du pôle culturel “La Croisée des Arts”
Saint-Raphaël – Cinéma Le Lido
Saint Rémy de Provence – Le Palace
Salon-de-Provence – Les Arcades
Sisteron – Le Rex
Six-Fours-Les-Plages – Six n’étoiles
Tarascon- Le Rex
Toulon – Le Royal
Valbonne – Les Visiteurs du soir
Valbonne – L’Alma
Vence – Casino
Vitrolles – les Lumières

Veuillez saisir votre e-mail, afin que nous puissions vous contacter pour le suivi.

Cette année 157 établissements scolaires sont inscrits au dispositif avec 24 107 jeunes dans 61 salles de cinéma partenaires.

Lycées Académie d'Aix-Marseille

Aix en Provence Lycée Vauvenargues
Aix en Provence Lycée Professionnel Gambetta
Aix en Provence Lycée Paul Cézanne
Aix en Provence Lycée Professionnel Célony
Aix en Provence Lycée Emile Zola
Arles Lycée Montmajour
Arles Lycée Professionnel Charles Privat
Arles Cedex Lycée Professionnel Perdiguier
Aubagne Lycée Joliot Curie
Avignon Lycée René Char
Avignon Lycée Théodore Aubanel
Avignon Lycée Professionnel Robert Schuman
Barcelonnette Lycée Polyvalent André Honnorat
Bollène Lycée Lucie Aubrac
Briançon Lycée d’Altitude
Carpentras Lycée Jean Henri Fabre
Carpentras Lycée Professionnel Victor Hugo
Carpentras Lycée Victor Hugo
Digne Les Bains Lycée Professionnel Beau de Rochas
Digne les bains Lycée Alexandra David Neel
Embrun Lycée Général Honoré Romane
Gap Lycée Professionnel Sévigné
Gardanne Lycée M. M. Fourcade
Istres Lycée Arthur Rimbaud
L’Isle sur la SorgueLycée Alphonse Benoit
La Ciotat Lycée Auguste et Louis Lumière
Luynes Lycée George Duby
Manosque Ecole Internationale de Manosque
Manosque Lycée Felix Esclangon
Marignane Lycée Maurice Genevoix
Marignane Lycée Professionnel Louis Blériot
Marignane Lycée Professionnel Maurice
Genevoix
Marseille Lycée Antonin Artaud
Marseille Lycée Leau
Marseille Lycée Professionnel de L’Estaque
Marseille Lycée Thiers
Marseille Lycée Saint Exupéry
Marseille Lycée Professionnel Le Chatelier
Marseille Lycée La Fourragère – Nelson
Mandela
Marseille Lycée Hôtelier des métiers
Marseille Lycée Marie Curie
Marseille Lycée Professionnel Colbert
Marseille Lycée Professionnel Léonard de Vinci
Marseille Lycée Professionnel Frédéric Mistral
Marseille Lycée Professionnel Blaise Pascal
Marseille Lycée Périer
Marseille Lycée Professionnel La Calade
Marseille Lycée Saint Charles
Marseille Lycée du Rempart
Marseille Lycée Pagnol
Marseille LPP Charlotte Grawitz
Marseille Lycée Professionnel La Viste
Marseille Lycée Victor Hugo
Marseille Lycée Professionnel Poinso-Chapuis
Martigues Lycée Jean Lurçat
Martigues Lycée Paul Langevin
Miramas Lycée professionnel Les Alpilles
Miramas Lycée Jean Cocteau
Orange Lycée de l’Arc
Pertuis Lycée Val de Durance
Port de Bouc Lycée Jean Moulin
Saint Chamas Lycée Professionnel Les Ferrages
Salon de ProvenceLycée Professionnel Le Rocher
Salon de Provence Lycée Professionnel Adam de
Craponne
Salon de Provence Lycée Adam de Craponne
Salon de Provence Centre de détention
Salon Pvce Lycée L’Empéri
Sisteron Lycée Paul Arène
Tarascon Lycée Alphonse Daudet
Vitrolles Lycée Caucadis
Vitrolles Lycée Jean Monnet
Vitrolles Lycée Pierre Mendès France

Académie de Nice

Antibes LPO Léonard de Vinci
Antibes Lycéé professionnel Jacques Dolle
Antibes Lycée Audiberti
Brignoles Lycée Raynouard
Cagnes-sur-Mer Lycée Auguste Renoir
Cagnes-sur-Mer Lycée Professionnel Escoffier
Cannes Lycée Professionnel Les Fauvettes
Cannes Lycée Jules Ferry
Cannes Lycée Bristol
Cannes Lycée professionnel des Coteaux
Cannes Lycée Carnot
Draguignan Lycée Jean Moulin
Draguignan Lycée Professionnel Léon Blum
Fréjus Lycée Albert Camus
Fréjus Lycée Professionnel Gallieni
Grasse Lycée Amiral de Grasse
Grasse Lycée Alexis de Tocqueville
Hyères Lycée Jean Aicard
Hyères Lycée Professionnel du Golf-Hotel
Hyères Lycée Costebelle
La Seyne sur MerLycée Paul Langevin
La Seyne sur merLycée Beaussier
Le Muy Lycée du Val d’Argens
Lorgues Lycée Thomas Edison
Nice Lycée Professionnel Magnan
Nice Lycée d’Estienne d’Orves – Beau Site – Rive gauche
Nice Lycée Guillaume Apollinaire
Nice Lycée Thierry Maulnier
Nice Lycée d’Estienne D’Orves
Nice Lycée professionnel Les Eucalyptus
Nice LG Les Eucalyptus
Nice Lycée Albert Calmette
Nice Lycée professionnel les Palmiers
Nice Lycée Professionnel Louis Pasteur
Nice Lycée Professionnel Don Bosco
Ollioules Lycée Externat Saint Joseph
Saint Raphaël Lycée Saint Exupéry
Six-Fours Cedex Lycée Professionnel La Coudoulière
Sophia Antipolis Lycée International de Valbonne
Toulon Cours Fénélon
Toulon Lycée Professionnel du Parc Saint-Jean
Toulon Lycée Dumont d’Urville
Toulon Lycée Bonaparte
Toulon Cedex Lycée Rouvière
Valbonne Sophia Antipolis Lycée Simone Veil
Vence Lycée Henri Matisse

Centres de Formation des Apprentis

Aix en Provence CFA BTP Aix les Milles
Arles CFA BTP d’Arles
Istres CFA Régional du Lycée Latécoère
La Seyne sur mer CFA des Métiers de la mer – IPFM de la Chambre des Métiers
Le Beausset CFA de la CMA du Var
Le Cannet des Maures SESSAD CFA ARGIMSA Le Cannet
Marseille Centre de Formation Bourse du Travail
Marseille AFTRAL CFA Transport et Logistique
Nice CFA régional public Vauban
Port de Bouc CFA Henri Rol-Tanguy
Saint Maximin la Ste Baume
CFA de la CMA du Var, site de Saint Maximin

Lycées agricoles

Gardanne LEGTA de Valabre
Hyères Lycée Agricampus de Hyères
Lambesc MFR Garachon de Lambesc
Les Arcs sur Argens LPA des Arcs sur Argens Les Magnanarelles
Saint Rémy de Pvce LPA Les Alpilles

CNC – Centre National du Cinéma et de l’Image Animée
Direction de la création, des territoires et des publics
Service de la diffusion culturelle
291 blvd Raspail – 75014 Paris – 01 44 34 37 11 – www.cnc.fr

Ministère de la Culture et de la Communication
Direction Régionale des Affaires culturelles – DRAC
23, bd du Roy René – 13617 Aix en Provence cedex – 04 42 16 19 00
www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Paca

Région Provence Alpes Côte d’Azur
Direction de la culture et du patrimoine
Hôtel de la Région
27, place Jules Guesde 13481 Marseille Cedex 20
04 91 57 50 57 – www.regionpaca.fr

Direction Régionale des Affaires Culturelles de Provence Alpes Côte d’Azur
Service cinéma audiovisuel multimédia
23 Bd du Roy René 13617 Aix-en-Provence Cedex
04 42 16 19 00 – www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Paca

Rectorat de l’Académie d’Aix-Marseille
Mme Delouze – Déléguée Académique à l’Action Culturelle
Mme Muriel Benisty – Responsable du domaine Cinéma et Audiovisuel
Délégation Académique aux Arts et à la Culture
Place Lucien Paye 13621 Aix en Provence cedex1
04 42 95 29 44 – www.ac-aix-marseille.fr

Rectorat de l’Académie de Nice
Laurence Patti – Déléguée Académique à l’Education Artistique et Culturelle
Florence Vargas-Luiggi – Coordination pour l’ Education artistique et culturelle
Délégation Académique à l’Action Culturelle
53, avenue Cap de Croix 06181 Nice cedex 2
04 92 15 46 92 – www2.ac-nice.fr

Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt Provence Alpes Côte d’Azur
Mme Vernassaud – Directrice/Animatrice régionale
Service Régional de la Formation et du Développement
LPA « Les Alpilles », Av. Edouart Hériot 13 210 St-Rémy de Provence
04 32 62 88 47

Contact

Nadia Crespin – Coordinatrice Lycéens et apprentis au cinéma – ncrespin@laacsud.fr
Sarajoy Mercier
– Assistante Lycéens et apprentis au cinéma – smercier@laacsud.fr

04 13 41 57 91

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

INSTAGRAM
FACEBOOK