Histoires de Cinéma

“Et pourtant elles tournent”

Novembre-Janvier 2020

Projections & ciné-conférences

Ce nouveau cycle propose de revisiter trois étapes de l’histoire du cinéma du point de vue des réalisatrices :

Les pionnières avec Alice Guy-Blaché
Hollywood dans les années 50 avec Ida Lupino
Le cinéma féministe français des années 70 avec Delphine Seyrig, Carole Roussopoulos, Yannick Bellon et Marguerite Duras

Les pionnières

Les films

Be Natural, l’histoire d’Alice Guy-Blaché

de Pamela B. Green

États-Unis, 2018, Documentaire, 1h43, Sélection Cannes Classics 2018
Première femme réalisatrice, productrice et directrice de studio de l’histoire du cinéma, Alice Guy est le sujet d’un documentaire mené comme une enquête visant à faire (re)connaître la cinéaste et son œuvre.

« Ce documentaire rend compte de l’extraordinaire inventivité d’une pionnière qui réalisa le tout premier film narratif. » Hélène Marzolf, Télérama

Programme de courts métrages

d’Alice Guy-Blaché

Programmation en fonction des lieux, se renseigner auprès des salles

Et la femme créa Hollywood

de Clara et Julia Kuperberg

France – 2016 – 52 min
Le premier film parlant a été réalisé par Alice Guy, le premier en couleurs a été produit par Lois Weber qui a réalisé plus de 300 films en dix ans, Frances Marion était la scénariste de la star Mary Pickford, et gagna deux Oscars, Dorothy Arzner fut la réalisatrice la plus puissante d’Hollywood, leur point commun ? Ce sont toutes des femmes et elles ont toutes été oubliées. Aussi incroyable que cela puisse paraître, il aura fallu attendre 2010 et Kathryn Bigelow pour qu’une femme soit récompensée aux Oscars dans la catégorie Meilleure Réalisation ! Si elles sont sous-représentées, les femmes ont pourtant toujours fait partie de l’Histoire du 7e Art. C’est cette partie de l’histoire souvent passée sous silence que le documentaire propose de raconter.

Les ciné-conférences

Présentation du film Et la femme créa Hollywood

par Marie-Céline Ollier, réalisatrice

Diplômée de la FEMIS en scénario et réalisation et cinéphile passionnée, Marie-Céline Ollier a réalisé plusieurs courts-métrages de fiction ainsi que des documentaires de création. Elle a travaillé comme scénariste et assistante réalisatrice. Elle écrit aussi pour le théâtre et conçoit des installations contemporaines en vidéo. Elle travaille actuellement à l’écriture d’une série pour la télévision.

Dates :
Mercredi 4 novembre – 18h30 – Chateaurenard – Le Rex
Jeudi 5 novembre – 18h00 – Vitrolles – Lumières

Ciné-conférence sur Alice Guy-Blaché

par Marie-Céline Ollier, réalisatrice

Dates :
Dimanche 8 novembre – 17h00 – Grans – Espace Robert Hossein
Vendredi 4 décembre – heure ? – Port-Saint-Louis-du-Rhône – Espace Gérard Philipe

Hollywood dans les années 50′ avec Ida Lupino

Les films

Not Wanted (Avant de t’aimer)

1949 – 1h31 – Avec Sally Forres, Keefe Brasselle, Leo Penn
Une jeune fille est arrêtée suite à un vol de bébé. Dans sa cellule, elle évoque son passé…

Never Fear (Faire face)

États-Unis – 1949 – 1h21 – Avec Sally Forrest, Keefe Brasselle, Hugh O’Brian
Après un travail acharné, une jeune danseuse touche à la consécration. Brusquement malade et paralysée, elle est forcée de renoncer à son métier…

The Hitch-Hiker (Le Voyage de la peur)

États-Unis – 1953 – 1h11 – Avec Edmond O’Brien, Frank Lovejoy, William Talman
Un tueur en série se fait prendre en stop par deux amis partis pêcher. Le voyage de l’angoisse commence…

The Bigamist (Bigamie)

États-Unis – 1953 – 1h23 – Avec Joan Fontaine, Ida Lupino, Edmund Gwenn
Un couple sans enfant demande à adopter. Mais l’enquête préalable met à jour la vie secrète du mari…

Outrage

États-Unis – 1950 – 1h15 – Avec Mala Powers, Robert Clarke, Tod Andrews
Dans une petite ville américaine, Ann Walton, une jeune comptable, doit épouser Jim Owens. Elle est alors victime d’un viol et sa vie tourne au cauchemar.

Les ciné-conférences

Ida Lupino, une fenêtre féminine sur l’Hollywood classique

par Yola Le Caïnec

Ida Lupino, en passant derrière la caméra en 1949, ouvre sur l’Hollywood classique des années 50 une fenêtre féminine multiple, celle de la résistance mais est aussi celle de l’adaptation et de la volonté de faire différemment du cinéma. La société de production indépendante et familiale qu’elle fonde, Les Filmakers, répond à la nécessité, selon ses mots, de « faire plus d’expérimentation avec des sujets qui sortent des conventions ». Son approche des métiers du cinéma, de la scénarisation à la production, est aussi nourrie de ses expériences d’actrice sous contrat et indépendante durant les années trente et quarante. Femme-orchestre, elle parvient à innover en utilisant le savoir-faire hollywoodien qu’elle contrôle d’autant mieux qu’elle poursuit, en même qu’elle écrit, réalise et produit des films, sa carrière d’actrice, tout comme elle le fera à la télévision ensuite dès la deuxième moitié des années cinquante.

La conférencière : après les images de la femme dans la littérature fantastique, les recherches de Yola Le Caïnec ont porté sur l’image en philosophie épistémologique et esthétique avec Gaston Bachelard, les œuvres d’Arnaud Desplechin et de Jean-Louis Comolli, puis, pour sa thèse, Le féminin dans le cinéma de George Cukor (1950 à 1981). Elle a écrit et communiqué sur l’acteur de cinéma dont Sacha Guitry, le genre, le cinéma américain dont Ida Lupino, l’esthétique amateure, a collaboré dans des festivals à Rome et en France (Belfort, FIFF, La Rochelle), a été jurée pour le prix Alice Guy, le festival Les Écrans du réel, et a coréalisé des entretiens et des films. Yola Le Caïnec a écrit sur la carrière d’Ida Lupino pour la Bifi (Cinémathèque Française, archives août 2007), pour le site CinéManiac, et pour Positif en la comparant à Kinuyo Tanaka (n° 677-678, Positif, juillet-août 2017).

Dates :
Mercredi 18 novembre – 18h00 – Martigues – Cinéma Jean Renoir
Jeudi 19 novembre – 18h00 – Berre l’Etang – Ciné 89
Vendredi 20 novembre – 18h30 – Cucuron – Cigalon
Dimanche 22 novembre – 18h00 – Grans – Espace Robert Hossein

Le cinéma féministe français des années 70′

Les films

Delphine et Carole Insoumuses

de Callisto Mc Nulty

France, Suisse – 1h10
Comme un voyage au cœur du féminisme des années 1970, le documentaire relate la rencontre entre la comédienne Delphine Seyrig et la vidéaste Carole Roussopoulos. Derrière leurs combats radicaux, menés caméra vidéo au poing, surgit un ton à part empreint d’humour, d’insolence et d’intransigeance. Un héritage précieux mis en image dans ce documentaire de Callisto Mc Nulty, petite-fille de Carole.

India Song

de Marguerite Duras

France – 1975 – 2h00 – Avec Delphine Seyrig, Michael Lonsdale, Mathieu Carrière
A Calcutta, en 1937. Anne-Marie Stretter, épouse de l’ambassadeur de France, entretient une relation amoureuse avec Michael Richardson avec lequel elle danse au cours d’une réception donnée à l’ambassade. Parmi les invités se trouve aussi le vice-consul, envoyé en disgrâce à Calcutta. Celui-ci, apercevant Anne-Marie, ne tarde pas à lui déclarer son amour passionné, devant une assemblée scandalisée. Le lendemain, Anne-Marie a mystérieusement disparu…

Quelque part quelqu’un

de Yannick Bellon

France – 1978 – 1h38 – Avec Roland Dubillard, Loleh Bellon, Christine Tsingos
Paris : Raphaëlle est architecte et contribue à la rénovation et à la construction de nouveaux immeubles dans la ville, en pleine frénésie immobilière au début des années 1970. Vincent, lui, est journaliste financier et tente désespérément d’écrire un livre que son penchant pour l’alcool empêche de finir. Ils essayent de construire quelque chose ensemble, à l’image de la ville qui se (re) construit autour d’eux, mais l’alcoolisme de Vincent rend toutes tentatives vaines.

L’Amour violé

de Yannick Bellon

France – 1978 – 1h53 – Avec Nathalie Nell, Alain Fourès, Michèle Simonnet
Nicole, infirmière à Grenoble, est violée un soir par quatre hommes. Traumatisée, elle pense ne jamais pouvoir se remettre de ce choc. Sur les conseils d’une amie, elle finit tout de même par porter plainte afin que cette affaire puisse avoir une suite judiciaire.

Les ciné-conférences

Autour de Delphine et Carole, insoumuses

par Nicole Fernandez Ferrer

« C’est extraordinaire et passionnant d’être une femme à notre époque. Les femmes ont une énergie et une créativité qui explose de tous les côtés. La deuxième moitié du XXème siècle donne des femmes écrivains, metteurs en scène, qui montrent une face cachée de la vie.»
(Delphine Seyrig entretien avec Marion Kalter 1984)

Delphine Seyrig née à Beyrouth en 1932, décédée à Paris en 1990 est comédienne. Elle joue au théâtre pour Serge Pitoëff, Jean-Claude Regy, Jorge Lavelli, Wilson, au cinéma pour Marguerite Duras, Alain Resnais, Luis Buñuel, Joseph Losey, François Truffaut, Chantal Akerman, William Klein, Liliane de Kermadec, Ulrike Ottinger…  Diva aux yeux de nombreux cinéphiles, Delphine Seyrig est engagée dans le mouvement féministe et pour les droits humains. Initiée à la vidéo au début des années 70 par Carole Roussopoulos, elle crée avec Ioana Wieder et Carole Roussopoulos le groupe Les Muses s’amusent et Les Insoumuses. Toutes trois utilisent la vidéo portable, nouvellement arrivée sur le marché, comme un outil politique. Dès 1975, elle est l’auteure ou co-auteure de plusieurs vidéos féministes. Les Muses s‘amusent détournent une émission de télévision avec un humour très caustique et montent Maso et Miso vont en bateau. Delphine tourne à Paris et Los Angeles avec Carole Sois belle et tais-toi ! Elles coréalisent l’irrévérencieux SCUM Manifesto1967. En 1977, Delphine réalise Inès pour dénoncer l’incarcération et la torture de Inès Etienne Romeu, détenue politique brésilienne. Comme le souligne Giovanna Zapperi, professeure en Histoire de l’art contemporain, ces productions sont « exemplaires d’une pratique de la désobéissance qui prend forme à travers un usage politique de la vidéo, capable de faire dialoguer l’humour, la critique sociale et l’émergence d’un regard féministe ». En 1982, Delphine Seyrig fondera avec Carole Roussopoulos et Ioana Wieder le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, premier et unique lieu d’archives audiovisuelles consacré aux femmes leurs droits, leur création leur histoire. Le documentaire de Callisto Mc Nulty Delphine et Carole, insoumuses est un hommage vibrant à leur parcours.

La conférencière : Nicole Fernandez Ferrer est déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, programmatrice, archiviste et recherchiste en audiovisuel, traductrice.

Dates :
Mercredi 9 décembre – heure ? – Marseille – Gyptis
Jeudi 10 décembre – heure ? – Vitrolles – Lumière
Samedi 12 décembre – Grans – 18h00 – Espace Robert Hossein
Dimanche 13 décembre – Fos-sur-Mer –16h30 – Odyssée

Autour de Yannick Bellon

par Eric Leroy

Le conférencier : Eric le Roy est directeur des Archives Françaises du Film. Historien, spécialiste de l’oeuvre de Yannick Bellon, il est l’auteur d’un  livre sur Denise Bellon, photographe, mère de Yannick Bellon.

Date :
5 décembre – heure ? – La Ciotat – Eden

Les salles participantes

Berre l’Etang / Ciné89

Bollène / Le Clap

Chateaurenard / Le Rex

Cucuron / Le Cigalon

Fos-sur-Mer / L’Odyssée

Grans / Espace Robert Hossein

La Ciotat / L’Eden

Marseille / Le Gyptis

Martigues / Cinéma Jean Renoir

Port-Saint-Louis-du-Rhône / Espace Gérard Philipe

Vitrolles / Les Lumières

Archives

Jean Giono et le Cinéma (janvier à avril 2020)
A Table ! Manger au cinéma (octobre 2019 à mars 2020)
Paroles au Cinéma (janvier à avril 2019)
Ville de Cinéma (novembre 2016 à mai 2017)
Rétrospective Jean-Pierre Melville (mars à juin 2016)
Trilogie marseillaise de Marcel Pagnol (octobre 2015 à janvier 2016)
John Ford (septembre à décembre 2015)
Maurice Pialat (février à mai 2015)
René Allio (septembre à décembre 2014)
Billy Wilder (janvier à avril 2014)
Musique et cinéma (octobre à décembre 2013)
Jean Renoir et la couleur (janvier à mars 2013)
Chefs d’oeuvres restaurés (mars à juin 2012)
Le Road Movie (septembre à décembre 2012)
Rétrospective Kubrick (octobre 2011 à janvier 2012)

Contact

Vincent Thabourey – reseau@cinemasdusud.fr – 04 13 41 57 93

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

INSTAGRAM
FACEBOOK